Une élection présidentielle chaotique comment faire autrement ?

10 mars - 27 mars 2017 terminé
Il y a un an on parlait d'un match à 3 dont les français ne voulaient pas entre Hollande, Sarkozy et Le Pen, puis au gré des renoncements des uns, des turpitudes des autres, des primaires et des diverses alliances, les sondages ont donné tour à tour Juppé vainqueur, puis Fillon, puis Macron. Et ce n'est pas fini. Comment faire pour que nous ayons une élection sereine, un président qui représente l'ensemble des français et qui préside. La question est vaste, donnez un maximum d'idées. 
Statistiques
16 Jours de consultation
7 Participants
8 Contributions
25 Soutiens
112 Visiteurs

Une élection chaotique

Pourquoi, quel constat, quels risques...
Nous écrivions le 31 octobre 2016 sur notre page Facebook - que le futur président serait le vainqueur d'un concours de circonstances. Nous ne serons probablement pas très loin de la vérité, cette élection est une loterie et il n'est pas sûr que la démocratie et les français en soient les vainqueurs.
 
Il y a un an on parlait d'un match à 3 dont les français ne voulaient pas entre Hollande, Sarkozy et Le Pen, puis au gré des renoncements des uns, des turpitudes des autres, des primaires et des diverses alliances, les sondages ont donné tour à tour Juppé vainqueur, puis Fillon, puis Macron. Et ce n'est pas fini, imaginons juste un instant que Mélenchon et Hamon finissent par s'entendre et convaincre leur socle électoral, l'heureux élu des 2 pourrait être au second tour.
 
Dans cette tourmente et malgré ses propres turpitudes, emploi fictif au parlement européen, financement occulte de son parti, Marine Le Pen ne bouge pas beaucoup de son socle de l'ordre de 25% d'intentions de vote. Et ceci sans faire campagne tout en s'attaquant à des fondamentaux de la démocratie comme la justice et les médias. Elle a probablement la base électorale la plus solide.
 
Et c'est sans compter sur la digue fragile qui sépare la droite de l'extrême droite qui si elle sautait pourrait l'amener au pouvoir. Quand on voit à quel point le FN a en partie gagné le débat des idées chez de nombreux français, cette hypothèse n'est pas illusoire. Nous reprenons régulièrement des amis, des connaissances et même des maires de la métropole (nous ne les nommerons pas) qui relayent sur facebook de fausses informations véhiculées par les blogs de la fachosphère, et en toute bonne foi, car ils croient cela juste alors qu'il suffit de 2 minutes pour démontrer le contraire. Trumpisation ou Lepénisation des esprits.
 
En conclusion, nous avons une élection avec une idée stable et continue qui dispose d'un socle dur assez large avec Marine Le Pen et autour de l'agitation dans tous les sens avec : un robespierriste radical, un néo-tatchérien, un jeune qui promet le renouvellement, un expert es-congrés du PS. Le tout pollué par les affaires et les déboires judiciaires.
 
C'est volontairement caricatural pour montrer que dans ce contexte et faute de pouvoir réunir largement autour d'un nouveau contrat social, l'accident n'est plus très loin. Nous sommes en état d'urgence, et pas celui que l'on croit :
- Etat d'urgence démocratique avec un système qui nous expose au pire
- Etat d'urgence fraternelle avec la montée de toutes les formes de repli sur soi
- Etat d'urgence écologique en vivant à crédit sur la planète
- Etat d'urgence sociale avec les inégalités qui se creusent
 
Cette élection est totalement chaotique et peut nous mener n'importe où, y compris là où la majorité ne veut pas aller. Faut-il une catastrophe pour en prendre conscience ? Sommes-nous incapables de voir plus loin que les scores du 23 avril ?
 
Nous sommes dans un train lancé à grande vitesse qui fonce dans le mur et que personne ne veut arrêter. Qu'est ce qui nous empêche de trouver la solution sachant tout le monde fait le même constat : le système est à bout de souffle. Mais tout le monde ou presque s'en contente. Nous ne règlerons rien si nous ne le rénovons pas en profondeur.

Reste à trouver comment, toutes les idées sont les bienvenues !